Memory

Toute la question, encore une fois était de tuer le temps. J'ai fini
par ne plus m'ennuyer du tout à partir de l'instant où j'ai appris à
me souvenir. Je me mettais quelquefois à penser à ma chambre et, en
imagination, je partais d'un coin pour y revenir en dénombrant
mentalement tout ce qui se trouvait sur mon chemin. Au début, c'était
vite fait. Mais chaque fois que je recommençais, c'était un peu plus
long. Car je me souvenais de chaque meuble, et, pou chacun d'entre
eux, de chaque objet qui s'y trouvait et, pour chaque objet, de tous
les détails et pour les détails eux-mêmes, une incrustation, une
fêlure ou un bord ébréché, de leur couleur ou de leur grain. En même
temps, j'essayais de ne pas perdre le fil de mon inventaire, de faire
une énumération complète. Si bien qu'au bout de quelques semaines, je
pouvais passer des heures, rien qu'à dénombrer ce qui se trouvait dans
ma chambre. Ainsi, plus je réfléchissais et plus de choses méconnues
et oubliées je sortais de ma mémoire. J'ai compris alos qu'un homme
qui n'aurait vécu qu'un seul jour pourrait sans peine vivre cent ans
dans une prison. Il aurait assez de souvenirs pour ne pas s'ennuyer.
Albert Camus

Traducció al castellà de José Ángel Valente:
Todo el problema consistía, una vez más, en matar el tiempo. Terminé
por no aburrirme en absoluto desde el momento en que aprendí a
recordar. Empezaba a veces a pensar en mi habitación e,
imaginariamente, partía de un extremo para volver a él enumerando
mentalmente todo lo que encontraba en mi camino. Al principio,
resultaba rápido. Pero cada vez que volvía a empezar se me hacía un
poco más largo. Porque me acordaba de cada mueble y, por cada uno de
ellos, de cada objeto que había en él, de todos los detalles, y en
cuanto a los detalles mismos, de una incrustación, una fisura, un
borde mellado, de su color o de su tono. Trataba a la vez de no perder
el hilo de mi inventario, de hacer una relación completa. Con tanto
éxito que, al cabo de pocas semanas, podía pasar horas tan solo
enumerando lo que había en mi habitación. Así, cuanto más
reflexionaba, más cosas desconocidas y olvidadas emergían en mi
memoria. Comprendí entonces que un hombre que no hubiese vivido más
que un solo día podría, sin dificultad, vivir cien años en una
prisión. Tendría suficientes recuerdos para no aburrirse.

Posted via email from Edu's posterous